Biographie


Né au Danemark en 1970.
Vit et travaille à Copenhague, Danemark.

À travers le médium photographique Nicolai Howalt explore le temps, la lumière, les notions de vie et de devenir, d’immatériel et de matériel. Il alterne approche documentaire, expérimentale et conceptuelle. Issues de la mise en place de protocoles, ses recherches les plus récentes l’ont conduit à saisir avec Light Break (2015) les rayons vitaux et destructeurs du soleil et avec Endings (2011) la vie redevenue poussière à travers des photos de cendres humaines. Eléments (2016) a permis à l’artiste de montrer les propriétés transformatives des éléments primaires du système périodique (or, argent, cuivre et fer) en les transférant par l’intermédiaire d’une émulsion photosensible sur des plaques de métaux différents. La série Silver migrations (2018) est, quant à elle, la matérialisation en images du processus d’altération de feuilles de papier photo périmées (1962). Autrement dit, elle est le témoignage de migrations chimiques opérées par le temps et l’humidité. Seul l’acte de développement de la feuille photosensible, unique intervention de l’artiste, a stoppé le mouvement. Avec cette dernière série, Nicolai Howalt interroge le rôle du photographe à l’ère du numérique en se faisant simple révélateur d’images.

Expositions


Migrations

Nicolai Howalt
Esben Klemann
Pipaluk Lake

16.11. 2019 – 11.01.2020

L’exposition réunit trois artistes – le photographe Nicolai Howalt, le plasticien Esben Klemann et la sculptrice Pipaluk Lake – qui exploitent, chacun(e) à sa manière, la migration des matières.
Migrations montre comment un monde imperceptible à l’œil, régi par ses propres lois, provoque des déplacements, qu’ils soient spontanés ou produits sous l’impact d’interventions volontaires… Par le biais des œuvres, le domaine très concret des matériaux devient révélateur de processus fondamentaux inhérents à nos existences.

de travers

Nicolai Howalt
Esben Klemann

7.11.2017 – 6.01.2018

Nicolai Howalt pratique une abstraction concrète, une réalité élargie le plus souvent partant des éléments de la nature, pour tenter de saisir des dimensions moins visibles de notre existence. Esben Klemann interroge de façon ludique et innovante les matières et les formes en défiant les concepts établis. Avec de travers les deux artistes entament un dialogue en investissant l’espace physique de la galerie de façon inhabituelle.
Nicolai Howalt et Esben Klemann ont souhaité faire dialoguer leurs fascinations respectives tout en se défiant mutuellement, en mettant sens dessus-dessous les pratiques artistiques courantes.

Hors-les-murs


DEN FRIE, Centre d’art contemporain, Copenhague

Synliggørelser (Restitutions)

Participation : Nicolai Howalt

07. 03 – 14. 06. 2020

Maison du Danemark, Paris

Ravage

Peter Martensen

06. 09 – 29. 10. 2017

Première exposition de l’artiste sur la scène institutionnelle parisienne, Ravage rassemble peintures, dessins, sculpture et vidéos témoignant de la cohérence de la démarche de l’artiste. Loin d’une rétrospective de l’œuvre de Peter Martensen, cette exposition intervient dans une période de création particulièrement riche et innovante dans sa carrière dont elle se veut l’écho [extrait du communiqué de presse].

Presse


La peinture métaphysique de Peter Martensen

L'Oeil

Septembre 2017
N° 704
Fabien Simode

Peter Martensen "ravage " l'entendement

Libre Belgique - Arts Libre

23 Août 2017
Semaine du 23 au 29 Août 2017
Roger-Pierre Turine

Vous avez dit "Complot" ?
Dossier

Le Monde diplomatique

Juin 2015
N°735
Dossier illustré par Peter Martensen

Publications et textes


Nicolai Howalt, By looking down I see up. By looking up I see down

Fabrik Books, 2017

Des images de rayons de lumière invisibles, de cendres humaines et de réactions chimiques d’éléments sur des plaques métalliques forment ici une ouverture rare sur les œuvres récentes de l’artiste où l’esthétique se mêle aux sciences naturelles dans une exploration tout à fait à part de l’exposition, de la fragilité et de l’inconstance.

See the sun

un poème de Morten Søndergaard

Publié dans Light Break – Photography/Light Therapy – Nicolai Howalt, Fabrik Books, Copenhagen, 2015

Nicolai Howalt, Light Break

Fabrik Books, 2015

Ce livre déploie l’exploration des méthodes originales de photothérapie du médecin chercheur Niels R. Finsen à travers des photos en couleur spectaculaires des impressions directes de la lumière invisible.
La fascination de Howalt pour les expériences et les appareils de Finsen est née des similitudes évidentes entre les fondamentaux de la photographie et de la photothérapie médicale de Finsen. Dans les deux cas, les rayons de lumière passent par des lentilles et des filtres faits sur mesure pour s’imprimer sur une matière photosensible.
Finsen avait découvert que les rayons invisibles à la périphérie du spectre électromagnétique possédaient des qualités curatives. Ces sont ces mêmes rayons qui ont intéressés Howalt et dont il a tiré avantage en exploitant la capacité de la lumière du soleil à noircir une émulsion photographique.

Towards the Light: Histories of Photography and Phototherapy [extrait]

Tania Woloshyn

Publié dans Light Break – Photography/Light Therapy – Nicolai Howalt, Fabrik Books, Copenhague, 2015

Nicolai Howalt, Old Tjikko

Fabrik Books, 2019

L’arbre Old Tjikko, qui se trouve dans un paysage désert à 1000 mètres d’altitude sur un flanc de montagne dans la région de Dalarne en Suède, est considéré comme l’arbre le plus vieux du monde. L’artiste Nicolai Howalt a photographié ce sapin (épicéa commun) haut de presque cinq mètres. Un seul négatif a servi à créer les nombreuses photos dans ce livre. Au total, 96 variations tirées sur environ 96 types de papier photosensible argentique dont la date d’utilisation a expiré depuis longtemps. En résulte une diversité de perception et d’expressivité, quasi-organique, une esthétique où les prémisses de chaque tirage au même titre que le motif d’origine sont parties intégrantes du processus de création d’images.

9 questions à Nicolai Howalt

vidéo – avril 2020