Présentation


Métaphores de toujours, les paysages de Min Jung-Yeon évoluent avec elle.
Une fluidité nouvelle et un geste puissant ont pris place dans son œuvre avec la création de son installation monumentale Tissage présentée au MNAAG – Musée national des arts asiatiques Guimet en 2019-2020. Une énergie s’est libérée et apporte désormais son souffle, parfois violent, parfois telle une douce expiration. Les compositions autrefois entièrement pensées ont cédé la place à un lâcher prise qui cohabitent aujourd’hui étroitement avec la minutie dont l’artiste est capable. Les contraires et leurs luttes, sujets récurrents dans son œuvre, se sont fondus dans une étreinte intime, s’ils ne se dressent pas dans un face à face.

Dans le passé, rondeurs et angles s’opposaient dans des compositions denses tandis que dorénavant son travail véhicule une sensation plus apaisée : Le rapport entre matière et vide présente un équilibre nouveau.

Min Jung-Yeon fait naitre pour mieux effacer et recréer. Touches du pinceaux, impressions, matières fluides de l’acrylique diluée sur la toile. Dans ce processus des temps fossilisés se cumulent et se superposent : Ossatures, roches, visions et rêves figurent dans des perspectives souvent étranges. Parmi ses paysages, nous retrouvons ceux de son enfance dans la campagne coréenne, ceux entrevus, rêvés où ceux ancrés dans sa mémoire visuelle, notamment les paysages imaginaires de Ahn Gyeon, grande figure de l’art du 15è siècle coréen.

La réalité est songe, et le songe devient réalité. Les saisons passent, les émotions pointent ; les lumières se succèdent et les pensées de même. L’été et ses teintes intenses, ses contrastes puissants et ses mirages cèdent à l’automne et parfois à la nostalgie. Le paysage se vit à l’intérieur, le soleil se fait plus rare, le printemps n’est encore que promesse. Le souvenir que l’on cherchait s’est perdu pour ne laisser que matière, couleur, geste… Le regard scrute, des formes se détachent, se manifestent : falaises, stalactites, stalagmites et tout à coup un trait, une coulure, voir un aplat qui s’impose. Les œuvres se présentent à nous de manière frontale, quasi-scénique et horizontale, mais elles possèdent également une verticalité, celle de strates. Ainsi Min Jung-Yeon installe une temporalité : la sienne.

Agenda


VERNISSAGE

jeudi 26 janvier17:00 > 20:30Galerie Maria Lund

OUVERTURE DOMINICALE

dimanche 29 janvier14:00 > 18:00Galerie Maria Lund

OUVERTURE DOMINICALE

dimanche 26 février14:00 > 18:00Galerie Maria Lund

TALK

Conversation entre Min Jung-Yeon et Amélie Adamo, critique et commissaire d'exposition

jeudi 02 mars19h30Centre Culturel Corréen,20 rue de la Boétie, 75008 Paris

VISITES de l'exposition Désert plein, soif, sommeil, silence

en compagnie de Min Jung-Yeon

Réservation avant le 10 février

samedi 11 février - 11h00samedi 11 février - 14h30Centre Culturel Coréen,20 rue de la Boétie, 75008 Paris

Presse


Publications et textes


RENCONTRE | Min Jung-Yeon

Lors de la carte blanche à Min Jung-Yeon – MNAAG – Musée Guimet, Paris, 2019-2020